Découverte-Voyage, Food

Valse Parisienne

Ce week-end a été une bien belle escapade, une valse enivrante dans laquelle je vous entraîne sans plus attendre.
Connaissez vous cette délicieuse sensation du plan qui se déroule sans accroc ? Eh bien c’est ce sentiment qui a guidé ces quelques jours passés à la Capitale. Enfin presque car je ne vous raconterai pas ici notre périple de vendredi pour rentrer chez les copains depuis le Stade de France après un concert bouillonnant de 3h30 emmené par les Guns. En l’absence de RER (panne technique) il nous aura fallu presque 2h pour rentrer au bercail mais bon c’était l’exception qui confirme la règle.

J’en reviens donc au déroulé de ces journées parisiennes parfaites. La joie commence déjà par les retrouvailles avec les amis de longue date, une bière prise sur la terrasse de Ground Control, un délicieux nouveau resto mexicain le Zicatela Rex non loin du Grand Rex. Le lendemain avant le fameux concert j’ai eu envie d’aller jeter un oeil au Terrain de Basket Pigalle-Duperré. J’avais vu passer pas mal de choses sur ce lieu sur les réseaux et l’envie d’aller constater ce qu’il en était sur place était forte. Je n’ai pas été déçue du voyage. Ce terrain de basket coincé entre deux immeubles de la rue Duperré était menacé de fermeture, le créateur Stéphane Ashpool et le Studio Parisien III Studio ont donc redonné un coup de jeune à cet endroit avec l’aide de Nike. Le terrain a d’abord été vêtu de rouge, de jaune et de bleu et plus récemment de couleurs qui me font penser au logo d’Instagram. Sur les photos qui défilent sur les réseaux l’endroit est souvent vide pris au grand angle mais c’est un terrain de jeu et c’était donc un vrai plaisir que de découvrir l’adresse dans son vrai contexte avec de vrais équipes de basket. Ce qui est aussi très drôle c’est la cohabitation incongrue entre les jeunes qui sont là pour jouer et les photographes amateurs ou pro présents sur le site pour des shootings improvisés ou non.

Par la suite nous sommes allées faire un tour à la Défense avec mon amie Christelle, je n’avais jamais mis les pieds dans ce quartier de Paris et j’avoue que c’est un endroit qui mérite le détour surtout pour cette architecture si particulière et son histoire. Il est également possible de visiter la Grande Arche et de monter au sommet de cette dernière, je note cela pour une prochaine visite. Après une pause nous prenons la route du Stade de France pour le concert mais ça c’est une autre histoire.

Après une courte nuit, je rejoins donc mon food gangster favori et ami Chris aka Food Opinion pour deux jours fous. Notre journée commence par un café et des viennoiseries délicieuses de chez Sébastien Dégardin dévorées avant d’entamer une petite visite du Panthéon dont je garde un souvenir vivace lors ma dernière venue lorsque JR avait pris possession des lieux. Puis dans le plus grand secret nous prenons le bus jusqu’au Pont de l’Alma. C’est Chris qui a goupillé le « menu » du week-end et je ne suis au courant de rien si ce n’est que cela va être dense et gourmand avec un zeste de culture quand même. Descendus du bus je marche dans les pas de Chris qui commence a esquisser un petit sourire en me disant « nous sommes arrivés ». Je lève la tête et découvre le nom d’un restaurant étoilé dont je rêve depuis de nombreux mois voire années : Antoine. Dés l’entrée l’accueil est chaleureux, pas guindé, tout ce que j’aime, tout est fait pour vous mettre à l’aise, sans en faire des caisses. Il y a une certaine sincérité que je n’ai jamais perçue ailleurs. Nous restons raisonnables et optons pour le menu de midi à 48 €. Nos papilles sont mises en effervescence avec de petites bouchées ultra raffinées aux saveurs délicates dont une foccacia aux légumes d’été moelleuse et parfumée. Je suis sûre que Chris vous détaillera tout le menu dans un prochain post donc pas de souci pour ceux qui sont curieux vous aurez toutes les informations sur le blog de Food Opinion.

Bien entendu, comme à l’habitude, nous nous jetons sur le beurre comme des vautours, ce beurre légèrement salé est d’une douceur incroyable, il a été longuement battu et le chef a incorporé une purée d’olive à sa préparation.

Le cadre est simple et agréable, nous avons une jolie banquette avec une vue sur la Tour Eiffel. Nous sommes tellement bien installés que nous resterons presque 3h dans ce petit cocon. Le menu est vraiment satisfaisant et nous surprend de la plus agréable des façons. Notre entrée tout d’abord est réellement délicieuse. Dans l’assiette elle ressemble à un tableau un peu abstrait aux douces touches de couleurs. Il s’agit d’une entrée signature : de fines tranches de maigre / râpée de citron vert et poutargue. Cette entrée est idéale pour ce temps étouffant sur Paris, les tranches sont calibrées comme il faut et l’assaisonnement est parfait.

Au niveau des plats, je choisis le dos de Merlu nacré avec ses févettes au pesto de tomate et lait d’amande, quant à Chris il opte pour le râble de lapin fermier rôti « patatas bravas », haricots plats et citron confit. C’est un plat inspiré d’un voyage à Barcelone nous expliquera plus tard le Chef, Thibault Sombardier. Les deux plats sont généreux et accompagnés de sauces onctueuses. Pas besoin d’en rajouter les photos et les descriptifs sont là pour retranscrire l’efficacité des assiettes.

Et comme vous commencez à me connaître vous savez que le dessert pour moi c’est important #becsucré Nos deux desserts sont également largement à la hauteur de nos espérances. Chris porte son choix sur le jubilé cerise burlat / crème glacée thé vert, de mon côté ce sera Soufflé Fruits Rouge accompagné de fruits frais dont des fraises des bois (coeur avec les doigts). Ce soufflé était parfait, une texture aérienne et mousseuse comme je n’en avais pas dégusté depuis un bail, le bonheur à chaque bouchée. Et cerise sur le soufflé, nous avons l’honneur et le privilège de rencontrer Thibault Sombardier à l’issue de notre déjeuner. Nous parlons avec lui de Lyon, de son quartier d’enfance « Les Etats », des restaurants Lyonnais, de sa cuisine et de l’excellent moment que nous venons de vivre. Il nous invite alors à le suivre en cuisine pour continuer nos bavardages. Sincèrement, nous avons pu vivre chez Antoine un moment comme nous les aimons, une parenthèse gourmande, raffinée, douillette, un rêve éveillé en quelque sorte. Alors merci à Thibault Sombardier et ses équipes pour ce doux rêve et merci mon Chris pour cette surprise.


Restaurant Antoine

10 avenue de New York

75116 Paris

Téléphone : 01 40 70 19 28

Ouvert du mardi au samedi de 12h30 à 14h et de 19h30 à 21h45

Quand je vous parlais de valse… A peine sortie de chez Antoine une seconde surprise m’attend. Un coup de métro et nous voilà rue de Rivoli. Lorsque nous traversons j’ai compris que nous nous rendons alors au Meurice et plus précisément au Restaurant Dali pour le Tea Time, bah oui quoi il est déjà 16h c’est l’heure du goûter enfin !!!!

Nous prenons place sur une nouvelle banquette dans un cadre d’exception qui vient d’être re-décoré pour la seconde fois par Philippe Starck et sa fille Ara Starck (à l’origine de la toile tendue au plafond et des fauteuils aux dossiers dessinés par ses soins). Bon, Cédric Grolet, le Chef Pâtissier n’est pas là (merci les réseaux sociaux #stalkers) mais le Tea Time qu’il a concocté nous laisse sans voix.

Il faut dire que le garçon (élu meilleur Chef Pâtissier en 2015)  est plutôt doué pour son jeune âge. Il propose des pâtisseries classiques mais également des gâteaux majestueux en trompe l’oeil comme ses pommes, citrons et autres pêches.

Pour 50€ la formule Tea Time est gargantuesque, nous avons absolument tout dévoré avec passion. Le défilé se compose d’un serviteur muet dégoulinant de délices : assortiment de finger sandwichs salés (idem je pense que Chris vous fera la liste détaillée des compositions), scones maisons nature et sésame noir-cranberry, clotted cream, confitures, cookies aux abricots, tarte chocolat, pêche en trompe l’oeil avec son coeur pêche-verveine. De petites surprises agrémentent également ce goûter avec un délicieux kouglof tout juste sorti du four et des madeleines tièdes au coeur de miel. Une boisson chaude au choix est comprise. J’ai pris une tisane menthe forte 😉

Légèrement étourdis par tant de douceurs il est l’heure de prendre la route pour nous rendre à notre dernier point de chute de la journée. A la question avons nous encore faim? La réponse est oui of course.


Hôtel Le Meurice

Restaurant Le Dali

228 Rue de Rivoli

75001 Paris

Téléphone : 01 44 58 10 44

Ouvert tous les jours

Tea Time de 15h30 à 18h

Dernière halte surprise de cette valse qui donne le tournis : Paris-Texas, non sans avoir pris le temps d’une petite balade « digestive » entre les colonnes de Buren et les Deux Plateaux de la cour d’honneur du Palais Royal.

Chris avait déjà bien parlé de cette adresse dans son blog il y a quelques temps et j’avoue qu’il m’avait bien fait saliver c’est donc ravie que j’ai découvert la food made in Paris-Texas.

Afin de reposer un peu nos estomacs nous prenons le temps d’un cocktail, histoire aussi de nous rafraîchir un peu car la météo parisienne est réellement étouffante en ce début juillet. Lorsque nous nous présentons nous sommes très bien reçus, on nous installons tranquillement, il n’y pas ce côté un peu trop « parisien » « hipster » que j’appréhendais en arrivant.

Côté cocktail, ce sera Sun-Kissed in Austin pour moi : gin artisanal, sirop de thé vert maison, crème de pêche, jus de citron, allongé à l’eau pétillante. De quoi nous (re)mettre en appétit pour des assiettes très BBQ et cajun comme nous les apprécions. Il faut tout de même l’avouer je n’ai pas la force d’engloutir un burger pulled pork après cette journée contrairement à mon acolyte. Je me laisse donc tenter par une salade accompagné d’un très moelleux buttermilk chicken (15€) : blanc de poulet fermier mariné aux épices cajun, panko et sauce mayo-BBQ. Nous sommes friands Chris et moi d’adresses aux accents fumés, épicés et cajuns, vous n’êtes pas sans connaître notre amour pour le Shack à Lyon. Nous retrouvons donc tout ce que nous aimons ici chez Paris-Texas avec cette atmosphère à la Wenders dans laquelle nous sommes totalement dépaysés et avons l’impression qu’Harry Dean Stanton pourrait bien débarquer à chaque instant.


Paris-Texas

Quality Stakehouse

74 Rue du Faubourg St Denis

75010 Paris

Sans réservation

Ouvert tous les jours de 12h à 16h et de 19h à 23h30 (pour le Restaurant)

Après un samedi bien rempli ,dans tous les sens du terme, le programme du dimanche commence fort avec un petit déjeuner de champion pris sur la terrasse chez les adorables parents de Chris. Au menu : brillat savarin truffé, pain au levain, oeuf brouillés made in Food Opinion, coppa et jus frais pêche, pomme, citron, gingembre préparés avec amour par la maman de Chris et son tout nouvel extracteur.

Nous voilà donc en retard pour l’ouverture de l’exposition que nous avions prévu au programme de ce dimanche matin : Christian Dior Couturier du Rêve.

Nous arrivons donc devant le musée où une très très longue file nous effraie, puis comme nous sommes prévoyants et que nous avons pris nos billets à l’avance nous n’aurons donc pas à attendre pour entrer dans cette exposition follement chic.

Pour les 70 ans de la création de la Maison Dior, le musée célèbre les couturiers ayant incarné l’esprit et l’identité Dior : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simmons et tout récemment Maria Grazia Churi. C’est un voyage à travers les époques, les techniques, les pays, qui vous attend en pénétrant dans cette exposition grandiose. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas été transportée à ce point. Le parcours chronologique (de 1947 à nos jours) de l’exposition nous permet d’appréhender avec précision les différents visages de la Maison Dior à travers les âges. L’expo est dense, vous trouverez plus de 300 robes, des illustrations, des croquis, des photos, des accessoires, des sacs, des bijoux, des parfums sur 3000 m2. Des « petites mains » en provenance des ateliers sont également présentes pour expliquer les détails de leur travail si minutieux, leurs récits sont remplis d’anecdotes et d’informations fascinantes, nous pourrions les écouter parler pendant des heures.

Ce qui est également extrêmement émouvant c’est la proximité avec les robes, il est quasiment possible de les toucher, il y a quelque chose de magique lorsque l’on sait que certaines robes (voire toutes finalement) ont une histoire, une vie, ont été portées par des actrices ou des femmes célèbres. Cette exposition nous entraîne justement dans ces univers où nous n’avons pas l’habitude d’aller, nous transporte dans des jardins imaginaires, dans les coulisses d’un shooting glamour et enfin dans un bal ahurissant. J’ai eu la bouche bée durant la quasi-totalité de la visite. Je ne peux que vous conseiller très fortement d’aller virevolter du côté du Musée des Arts Décoratifs.


Christion Dior Couturier du Rêve du 5 Juillet 2017 au 7 Janvier 2018

Musée des Arts Décoratifs

107 Rue de Rivoli

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h

Nocturne le jeudi de 18h à 21h

Fermé le lundi

Billeterie en ligne

Ateliers pour enfants 7-10 ans sur le Colorama Dior pour apprendre à composer un nuancier à base de dessin, aquarelle, collage, pastel…

Ateliers Famille pour enfants à partir de 4 ans sur le thème Le Grand Jardin de Monsieur Dior : jeu de papiers découpés, collés, froissés, pliés, collés, pour transformer la fleur en une robe pour le Bal du Printemps.

Mais voilà, comme toutes les bonnes choses ont une fin et que mon train ne va pas tarder à partir ,et que, bien entendu, nous ne pouvons nous quitter sans avoir partagé une bonne table, nous nous mettons en route vers East Mamma en nous disant que nous allons certainement trouver le restaurant bondé et avec aucune place de libre, ce qui est bien souvent le cas visiblement.

La terrasse est bondée ,mais, par miracle, il reste deux petites places au comptoir. Là aussi, l’accueil est ultra décontracté, je gardais de Paris une image plutôt coincée sur ce point avec un accueil très froid et guindé, un peu j’m’la pète quoi. Eh bien que nenni c’est plutôt le contraire par ici, comme quoi il ne faut jamais rester sur des idées préconçues.

Le petit plus aussi avec cette adresse c’est que c’est à deux pas de la Gare de Lyon j’étais donc rassurée pour aller prendre mon TGV du retour. Nous avons eu le temps de partager une délicieuse Stracciatella fondante fumée puis nous avons choisi pour Chris une pizza à la truffe et pour moi des pâtes maison à la truffe noire du Molise et mascarpone. Il n’y a pas à dire la première trattoria du groupe Big Mamma assure grave avec ses produits frais, ses pâtes faites maison et son staff 100% Italien. Molte grazie e ancora congratulazioni Mamma !!!!


East Mamma

133 Rue du Faubourg St Antoine

75011 Paris

Sans réservation

Ouvert du lundi au vendredi de 12h15 à 14h30 et de 19h à 22h45 (23h le vendredi)

Ouvert samedi et dimanche de 12h15 à 16h et de 19h à 23h

Par défaut

8 réflexions sur “Valse Parisienne

    • Cloporte dit :

      C’était vraiment un excellent week-end et je te conseille vivement la magnifique Expo Dior au Musée des Arts Décoratifs. Merci de ta fidélité Ma Reine 🙂

    • Cloporte dit :

      Ah il ne me connaît que trop bien mon Chris et j’avoue qu’il est particulièrement doué dans l’élaboration de programmes pour un séjour parisien, il y a peut-être quelque chose à faire 😉 LOL Bonnes Vacances à toi

  1. SR dit :

    Whaou nous sommes emporté dans votre valse!
    Je suis rassurée nous ne sommes pas les seuls marathonien bonnes adresses et culture! Tu auras plus d entraînement que nous pour la prochaine session
    Bel itinéraire qu il nous faudra tester… entre deux semaines de diéte!

    • Cloporte dit :

      Ce périple me rappelle un peu un certain séjour Londonien 😉
      Le Tea Time du Meurice est vraiment pour vous, quant à Antoine il faut IMPERATIVEMENT que vous réserviez une table chez Thibault Sombardier. Bon voyage demain et courage pour le vol ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable.

  2. Comme d’habitude, éblouie par tes photos… maintenant, il va falloir aussi te consulter pour les bonnes adresses parisiennes!! Quel périple! (je ne te savais pas attirée par les robes de princesses cela dit!)

    • Cloporte dit :

      Concernant les adresses parisiennes c’est plutôt mon ami Chris le Parisien/Lyonnais d’adoption aka Food Opinion qu’il faudrait consulter car c’est lui qui a bouclé le menu de ce périple, en accord avec mes envies certes 🙂
      Et nous n’en sommes pas à notre coup d’essai LOL.

      Plus que les robes de Princesses c’est avant tout l’histoire, le savoir-faire, le génie et toute l’aura de la Maison Dior qui m’attirent.
      Bonne journée à toi Karine et à très vite j’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *