Découverte-Voyage

Venenum – Un Monde Empoisonné au Musée des Confluences – Lyon

Je dois bien vous avouer que lorsque je regarde Blanche Neige ou La Belle au Bois Dormant mes moments préférés sont les scènes où nos princesses s’effondrent sous l’effet du poison. « Armes de Mort, Philtres d’Amour ou remèdes, le poison est autant un objet de fascination que de répulsion » pour citer la Directrice du Musée des Confluences Hélène Lafont-Couturier.

C’est donc avec une certaine fébrilité que j’ai embrassé l’univers de Venenum la nouvelle exposition du Musée des Confluences.

Venenum signifie en latin venin, breuvage magique, substance dangereuse ou médicamenteuse. Tout est donc dit de l’ambiguïté du poison dans cette définition. Ce dernier est à la fois source de vie et de mort et c’est autour de cet axe que se construit Venenum – Un Monde Empoisonné.

Il y a également une très belle scénographie mise en place pour cette expo. La pénombre donne l’impression de pénétrer dans un cabinet de curiosités peuplé de créatures étranges, de petits animaux empaillés, de statues inquiétantes. 400 objets sont exposés dont une vingtaine d’armes empoisonnées issues des 5 continents. Vous pourrez observer des spécimens vivants de serpents, de batraciens, d’arachnides et de poissons.

Le parcours se divise en 4 temps :

  • Les poisons dans l’Histoire
  • Les poisons dans la Nature
  • Les usages du poison
  • Du poison au remède

Dans les sociétés antiques le poison sert à se donner la mort. Au Moyen-Age la peur de se faire empoisonné est omniprésente lors des repas. A la Renaissance le poison est au cœur des intrigues, des complots et des histoires de famille sanglantes.

Au XXème siècle les grandes affaires d’empoisonnement déchaînent les passions. Avec l’apparition des polices d’assurance vie se fait jour une génération d’empoisonneurs. C’est ainsi que naît le mythe de la « Veuve Noire » ou de la séductrice cupide meurtrière.

Violette Nozières tentera d’empoisonner ses parents à l’aide de somnifères en camouflant le crime en accident. Cette dernière sera condamnée à mort en 34, libérée en 43 et réhabilitée en 65. L’affaire divisera l’opinion publique.

Tout comme l’affaire Violette Nozières, le cas Marie Besnard aka « l’Empoisonneuse de Loudun » ,accusée d’être à l’origine du décès par empoisonnement de 12 personnes dont son propre mari, fascinera les foules. Elle sera condamnée à la peine capitale, libérée en 54 et acquittée en 61.

L’exposition accorde une large place aux poisons dans la nature notamment en mettant en scène les espèces toxiques, venimeuses et vénéneuses.

Venimeux : substances toxiques inoculées par morsure, piqûre ou projection.

Vénéneux : qui ne fait pas usage actif de substances toxiques, le poison est excrété par des glandes ou contenu dans certains tissus.

Vous verrez donc des poissons ballons, des musaraignes, des loris lents, des serpents, des veuves noires, des salamandres…

Certaines espèces de musaraignes possèdent des glandes au niveau de leur bouche et sécrètent une toxine rendant leur salive venimeuse. Les loris lents quant à eux possèdent à l’intérieur de leurs coudes des glandes qui produisent un venin. Ils lèchent donc fréquemment cette zone pour le mêler à leur salive. Venenum donne la part belle aux serpents. Il existe 3000 espèces dont 1000 sont venimeuses car dotées de crochets reliés à des glandes à venin. Vous vous retrouverez certainement nez à nez avec le terrifiant squelette de la vipère du Gabon qui peut mesurer jusqu’à 1m50 à l’âge adulte, possède des crochets de 5cm et peut injecter 7ml de venin lors d’une morsure.

Qui dit poison dit contrepoisons, antidotes.

Shennong, Père de la Médecine Chinoise, écrira un ouvrage répertoriant 365 médicaments naturels dont de nombreux poisons végétaux, minéraux, animaux. Il testera une herbe toxique qui lui sera fatale.

Certains antidotes se révèlent plus efficaces que d’autres 🙂

Ainsi, au Moyen-Age, la corne de licorne (vendue à prix d’or) est connue pour purifier les boissons empoisonnées. Il s’agit en réalité d’une dent de Narval, cétacé dont le mâle possède une défense torsadée issue de la canine supérieure gauche pouvant mesurer jusqu’à 3m de long, dont l’effet antidote est totalement nul.

Alors, êtes vous prêts à vous faire ensorceler par Venenum ?


Musée des Confluences

86 Quai Perrache
69002 LYON

Venenum Un Monde Empoisonné jusqu’au 7 Janvier 2018

Horaires
du mardi au vendredi de 11h à 19h
samedi et dimanche de 10h à 19h
jeudi nocturne jusqu’à 22h

Fermeture

Lundi et jours fériés

Standard

2 thoughts on “Venenum – Un Monde Empoisonné au Musée des Confluences – Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *