Découverte-Voyage

Strolling around Leipzig

Toutes les bonnes choses ayant une fin, voici donc le dernier volet concernant notre blog trip à Leipzig avec ma complice et homonyme, Virginie aka Argone.
Pour finir j’avais encore envie de mettre en avant les visages multiples de cette ville au charme fou, dont on fête cette année les 35 ans de jumelage avec Lyon. Ville à taille humaine que l’on peut découvrir de bien des manières : à pied, en vélo, en transports en commun et même en gondole…

Comme pour Barcelone j’avoue avoir eu plaisir à découvrir la ville à vélo même si je suis plutôt trouillarde et pas sportive pour deux sous.

Grâce à Johannes de Lipzi Tours nous avons pu faire une belle balade de plus de 3 heures à travers les parcs et sur des lieux plus alternatifs de Leipzig.

Nous sommes retournés sur Plagwitz, avons traversé le Pont Könneritz puis avons remonté le canal Karl Heine. Ce dernier (industriel et avocat) a donc joué un rôle crucial dans l’élaboration de cet axe. Il avait en tête l’idée d’un canal reliant the Weisse Elster à Saale Rivers. Le projet débuta en 1856. Aujourd’hui, le canal est un lieu prisé des touristes, on peut même y faire des tours en gondoles en passant devant les bâtiments aux briques rouges de la Spinnerei transformés en lofts lumineux.

LA COULEE VERTE 

En vélo nous avons pu prendre conscience de l’importance de la nature au cœur de la ville. Une large bande de verdure et de forêt s’étend du nord au sud de la ville, les familles aiment à s’y retrouver pour jouer de la musique, lire, faire des barbecues, faire du sport, et du vélo bien-sûr.

Nous avons traversé le Parc Clara Zetkin (125 ha) et avons pu constater que ce poumon vert était le lieu d’une très grande animation. Ce jour là l’hippodrome (Rennbahn) ouvrait ses portes pour la première course de la saison, un événement où il est de bon goût de se rendre chapeauté. Nous avons également fait une petite pause du côté du Kiosque à Musique où les écoles de musique de la ville jouent à tour de rôle sur scène. Le public très nombreux se presse pour assister à ces représentations très réussies. On peut également écouter de la musique où se donner rendez-vous sur le Pont Sachsen.

Comme déjà évoqué Leipzig est une ville aux changements constants, pour preuve Johannes nous arrête devant une façade où se côtoient une maison restaurée et un bâtiment encore en ruine. Notre guide nous informe que le changement peut-être très rapide et que d’ici un ou deux mois si nous repassions par le même chemin nous pourrions nous retrouver face à deux maisons resplendissantes.

STREET ART A LEIPZIG

Puis nous faisons route du côté de Zollschuppen Strasse où nous pouvons admirer quelques fresques dont la peinture est encore fraîche (un festival d’arts de rue a eu lieu la veille).

En chemin vers le centre ville nous préférons laisser nos vélos à une station vers l’arrêt de tram 14 situé non loin de Westwerk Kaiserbad afin de descendre à pied le long des voies. Nous avions en effet repéré des fresques en nous rendant à la Spinnerei la veille. Nous nous arrêterons un instant devant l’impressionnante oeuvre de Kay Schwarz : Der Illusionist. Cette fresque réalisée sur la façade de la Maison Verte en 2014 a demandé plus de 2 mois de travail à l’artiste et à ses équipes.

D’autres spots Street Art se trouvent également non loin de Karl Liebknecht Strasse (Karli pour les locaux) dans la cour qui abrite des magasins d’antiquités comme la boutique Goldstein & Co. C’est également le long de cette rue que vous trouverez la célèbre enseigne néon de la « Famille Cuillère » ou  Löffelfamilie en VO, cette réclame datant de la RDA a été conservée et vous pouvez même participer à son entretien en faisant un don par SMS pour « animer » l’enseigne à la nuit tombée.

LEIPZIG VILLE HISTORIQUE

Leipzig est une ville riche de son passé, de son histoire. Nous avons pu le constater lors d’un tour guidé animé par notre guide Melle Tenzler. Pour ce tour nous sommes restées à l’intérieur du centre ville et croyez moi il y a de quoi faire (nous faisions rarement moins de 20km par jour à pied).

Nous ferons une longue halte devant l’Eglise St Nicholas (numéro 7 sur le plan ci dessus), c’est sur le parvis de cette dernière que les premiers partisans de la réunification et de la paix se retrouveront à partir de 1982. La colonne St Nicholas qui trône au centre de la place représente les idées jaillissantes de ces groupes d’hommes et de femmes. Cette réalisation est l’œuvre de l’artiste Andreas Stötzer et du sculpteur Markus Gläser. Le 9 Octobre 1989, 70 000 personnes défileront dans les rues de Leipzig sous le slogan « Nous sommes le peuple » et « Non Violence ». Ce mouvement de paix sera à l’origine d’une véritable vague de changement en Europe puisque le mur de Berlin tombera quelques mois plus tard. On ressent très fortement les réminiscences de la Révolution Pacifique de la fin des années 80.

Toujours dans la vieille ville et dans un registre plus léger nous découvrons l’architecture typique de Leipzig avec les jolies façades Art Nouveau/Art Déco. L’une des plus belles est sans aucun doute la façade du Café Riquet. Elle est reconnaissable à ces éléphants et ses mosaïques raffinées aux accents asiatiques parfaitement entretenues. Au Café Riquet vous pourrez déguster la Leipziger Lerche (l’Alouette de Leipzig), pâtisserie à base de pâte brisée et d’amandes. L’alouette rôtie est un plat très apprécié jusqu’en 1876, date à laquelle le Roi de Saxe interdira la chasse de ces oiseaux. Les boulangers trouvèrent alors rapidement la parade en imaginant un gâteau à base de pâte d’amande. Je suis fan de massepain et autres pâtes d’amande donc autant vous dire que j’ai dégusté avec délice cette Alouette gourmande.

Aux alentours de Markt Platz (Place du Marché) vous trouverez également une architecture très riche avec des façades baroques et typiques et des bâtiments emblématiques de l’époque où la ville accueillait de nombreuses foires et marchands. En 1165, la ville disposait du droit de marché et en 1497 elle obtint le privilège impérial des foires. Aujourd’hui encore Leipzig est connue pour ces centres de congrès et la richesse de ses infrastructures pour accueillir une population cosmopolite en provenance du monde entier.

LEIPZIG VILLE DES PASSAGES COUVERTS

Les passages couverts et cours ont un rapport étroit avec le passé commercial de la ville et ses nombreuses foires. Entre le XVIème et le XVIIIème siècle les passages couverts permettaient aux marchands de se protéger des intempéries. Cela permettait également à une riche clientèle de déambuler en étant également à l’abri de tout et de tous. Ces passages sont les témoignages de plus de 500 ans d’histoire, leurs styles varient suivant les époques passant du baroque à une architecture plus moderne.

Au XIXème siècle le passage devint « à la mode » avec son toit en verre et ses boutiques de part et d’autre de la zone piétonne. A la manière de nos traboules, les passages permettent de lier certains quartiers et certaines rues.

Le Passage Mädler est également le plus célèbre car il abrite le restaurant Auerbachs Keller où Goethe aimait à passer du temps et également lieu de l’intrigue de son Faust. Ce passage de 140 m de long, construit par Anton Mädler (un riche marchand) sur le modèle de la Galerie Vittorio Emanuele de Milan, était à l’origine celui des céramistes, du commerce de la porcelaine et du grès.

Ces galeries ont été laissées à l’abandon du temps de la RDA puis ont été restaurées avec faste après la chute du mur de Berlin. Chaque premier vendredi de septembre se tient sous les différentes arcades de la ville le Passagenfest (Leipzig Arcade Festival) avec des animations culturelles et culinaires dont raffolent les habitants de la ville et les touristes. On compte aujourd’hui environ 30 passages couverts et arcades à Leipzig.

UNE ARCHITECTURE CONTEMPORAINE GRAPHIQUE

De grands noms de l’architecture contemporaine sont évoqués lorsqu’on parle de Leipzig comme celui de Zaha Hadid à l’origine des bâtiments BMW par exemple. Les bâtiments contemporains côtoient avec respect les plus historiques, tout ce petit monde s’organise dans une hiérarchie réfléchie.

Autour d’Augustusplatz la silhouette piquante de la City Hochaus s’impose, cette dernière mesure 142 m de haut et a été construite entre 1968 et 1972 par l’architecte Hermann Henselmann, c’est au 29ème étage de la tour que se trouve le restaurant dont je vous ai parlé dans mon premier post.

C’est de cette place que partent la plupart des lignes de tramway notamment celle qui vous emmènera à la Spinnerei. Non loin de la Tour Panoramique vous trouverez l’Université des sciences et des mathématiques de Leipzig (Paulinum) toute de verre vêtue. Dans sa construction l’architecte Erick Von Egeraat a intégré la façade de l’ancienne Eglise Saint Paul détruite en 1968. Bien entendu nous n’avons pas résisté au plaisir de prendre le bâtiment en photo sous toutes ses coutures car son architecture est fortement instagrammable :-)p

 

LEIPZIG VILLE DE LA MUSIQUE ET DES ARTS

Pour finir sur une note festive terminons notre balade par une parenthèse musicale. Comme nous avons pu l’admirer et l’entendre, Leipzig est la ville de la musique (depuis le XIIIème siècle), classique certes mais de la musique en générale. Vous trouverez des petits groupes à chaque coin de rue et ces derniers vous entraîneront dans leur sillon et vous vous laisserez envahir par leur énergie communicative, à la manière de ce petit garçon photographié en pleine communion avec le son.

De nombreux compositeurs célèbres et artistes comme Schumann, Mendelssohn, Wagner, pour ne citer qu’eux, ont vécu et/ou travaillé à Leipzig, la ville a donc mis en place un système de 23 petits rubans d’acier au sol (Leipzig Music Trail) vous permettant d’identifier qu’il s’agit d’un lieu en rapport avec la musique. Une petite pancarte vous donnera alors plus de renseignements via des textes ou QR codes, vous pourrez même écouter certains morceaux. Le circuit s’étend sur 5 km.

La figure la plus charismatique que l’on retrouve à Leipzig est bien entendu Johann Sebastian Bach dont les ossements sont conservés en l’Eglise St Thomas. De 1723 à sa mort en 1750 Bach a été responsable des messes et des festivités religieuses pour les Eglises St Thomas et st Nicholas. Il était également à la tête d’un groupe de musiciens et d’étudiants. Le musicien était débordé et avait également à sa charge de nombreux enfants. Ce serait d’ailleurs pour cela que sa tenue vestimentaire laisserait à désirer sur la statue qui le représente devant l’Eglise St Thomas. On dit l’homme tellement débordé par ses obligations professionnelles et familiales qu’il n’avait jamais le temps de finir de s’habiller, de boutonner sa veste correctement et de rentrer ses poches.

A l’intérieur de l’Eglise les orgues de l’époque de Bach n’existent plus ,mais, des instruments d’époque , quant à eux, sont exposés dans la sacristie. On ne peut pas parler de Bach sans parler du Choeur de St Thomas. A l’époque de Bach, 54 chanteurs composaient le choeur, aujourd’hui ils sont environ 110 jeunes enfants. La mission de ce choeur est de perpétuer l’oeuvre de Bach à travers des chants hebdomadaires à l’occasion de cantates et pendant les cultes.

Voilà notre promenade à travers les rues de Leipzig touche à sa fin et c’est avec un petit pincement au coeur que je termine ce dernier post sur cette ville si attachante. J’ai eu grand plaisir à me replonger dans mes notes et mes photos pour vous retranscrire l’atmosphère si particulière de cette destination. Mes articles sont bien loin d’avoir pu embrasser et transmettre toute la richesse et toute la vivacité de la ville mais j’espère qu’il vous donneront envie de partir à la rencontre de cette dame aux multiples identités, aux multiples visages, ancienne et moderne à la fois.


LIPZI TOURS

Johannes Ommeln

HolbeinStrasse 8

04229 Leipzig

Mail : info@lipzitours.de

Pour les visites guidées ces dernières se réservent via l’Office du Tourisme de Leipzig

Leipzig Tourismus und Marketing GmbH
Katharinenstraße 8, 04109 Leipzig
Теl. +49 (0)341 7104-260 ou -265
Fax +49 (0)341 7104-271
info@ltm-leipzig.de

Pours vos déplacements en transport en commun privilégiez la Leipzig Card 1 jour ou 3 jours pour un groupe ou une personne, trajets limités à la Zone 110 (Leipzig ville)

Par défaut

4 réflexions sur “Strolling around Leipzig

  1. Vraiment les villes du nord de l’Europe m’attirent.. Il s’en dégage une énergie si particulière…
    Merci Miss Cloporte pour ces jolies photos dépaysantes…

    • Cloporte dit :

      Je vois qu’on se comprend. C’était une excellente expérience quoiqu’il en soit 🙂 Merci à toi pour tes derniers partages sur tes réseaux, j’ai beaucoup aimé te suivre dans ton périple en Israël. Bon retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *