Découverte-Voyage

Cinémaaaa de Quartier

J’entends encore raisonner la voix de Jean-Pierre Dionnet à mes oreilles quand il présentait cette émission riche en pépites cinématographiques… Vous avez donc compris que le ciné et moi c’est une longue histoire qui dure depuis mon adolescence.
J’aime d’amour le cinéma, les films ,certes, mais aussi et avant-tout, le lieu. Quel bonheur que d’être plongée dans une douce pénombre fraîche (lorsqu’il fait une chaleur accablante dehors), quelle joie indicible que de se prendre au jeu d’une histoire, que de se gaver de bonbons, que  de s’identifier à un personnage quitte à en devenir schizo. La salle de Cinéma reste pour moi le lieu sacré où on se doit de rester jusqu’à la fin du générique, où le « silence » et le noir règnent en maître (le lieu parfait pour le Cloporte donc). Les grands complexes ne me rebutent pas ,mais, j’avoue que mon coeur balance plutôt du côté des petits cinémas à visage humain.

Quand j’étais gamine nous regardions Barry Lindon ou Amadeus dans la salle municipale sur des chaises qui faisaient mal aux fesses puis Ciné-Meyzieu a ouvert ses portes par la suite. Ciné-Meyzieu c’est mon ciné à moi avec une programmation grand public mais aussi des petits films à part que l’on prend plaisir à découvrir, c’est un lieu d’échange et de proximité ,où, lorsque j’arrive à la caisse, Sébastien ,derrière son comptoir, a déjà sorti du frigo ma bouteille de Cherry Coke avant même que je la lui demande 😉

Mon petit plaisir c’est aussi de partager des séances avec ma maman, de tomber parfois sur de belles surprises, savourer un bon moment en allant voir un pop-corn movie ou une chouette comédie romantique, avoir peur, ressentir, être touchée, émue, terrifiée, dégoutée, passer par toutes les couleurs de la palette émotionnelle. Bref, tout ça pour dire que ça me démangeait aussi depuis bien longtemps de voir ce qu’il se passait en salle de projection (moi j’aime bien voir l’envers du décor c’est toujours amusant).

En ce dimanche de juin, nous nous rendons donc à Ciné Meyzieu pour retrouver Sébastien qui nous fera découvrir la cabine et ses projecteurs.  Mon neveu César, que j’abreuve de Tim Burton, de Nick Park et d’Hayao Miyazaki depuis son plus jeune âge est aussi de la fête. Pendant plus d’une heure, Sébastien nous expliquera avec une patience infinie comment on utilise les projecteurs à bobines, ainsi que la colleuse pour les pellicules .

Pendant notre visite c’est le film X-Men: Days of Future Past qui est projeté, pas de bobine, pas de colleuse, la plupart des projections se font donc à présent depuis un serveur et sont directement commandées depuis un clavier et un écran d’ordinateur. Bon, ça perd un peu de son charme désuet mais c’est ainsi ma bonne dame, il faut vivre avec son temps. C’est vraiment très enrichissant de pouvoir satisfaire sa curiosité et de pouvoir avoir des réponses à ces questions que l’on pouvait se poser.

Par la fenêtre de la cabine on peut voir le film projeté. J’avais toujours eu envie de faire ça : regarder l’écran d’en haut depuis la salle de projection à la manière de Toto dans Cinéma Paradiso, voilà qui est chose faite et je ne boude pas mon petit plaisir. Merci Sébastien pour cette visite et pour tout ce temps accordé.

IMG_1000021340IMG_1000021360 IMG_1000021368 IMG_1000021362 IMG_1000021365 IMG_1000021366 IMG_1000021367 IMG_1000021369 IMG_1000021370 IMG_1000021371 IMG_1000021373 IMG_1000021374 IMG_1000021375 IMG_1000021376 IMG_1000021377 IMG_1000021378 IMG_1000021379 IMG_1000021380 IMG_1000021381 IMG_1000021382 IMG_1000021383IMG_1000021386 IMG_1000021388 IMG_1000021392 IMG_1000021389IMG_1000021372

Par défaut

6 réflexions sur “Cinémaaaa de Quartier

  1. Cela doit être très intéressant de voir l’envers du décor… C’est vrai que les bobines se font de moins en moins… Pourtant, longtemps, le ronronnement du projecteur a fait partie de la séance. J’étais, il n’y a pas si longtemps, allée voir Gruffalo avec les enfants dans le centre culturel du gros bourg voisin, et la projection était réalisée à partir d’une bobine : les enfants étaient perplexes et pour moi, la séance avait un goût de douce nostalgie.

    • Cloporte dit :

      Oh oui c’était un chouette moment que de passer « derrière le rideau ». Ton commentaire résume tout à fait l’idée que je voulais faire passer dans ce post. Encore merci de tes visites ici. C’est un plaisir d’échanger avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *